•  

     

    Dans une population de macaques,

    on constate que 15 à 20 % sont extrêmement réactifs,

    ils sursautent au moindre bruit, s'affolent pour un rien et agressent par crainte.

     

    On observe que, dès leur naissance, 

    ils manifestent un tempérament hypersensible qui trouble les interactions avec leurs compagnons et avec leur mère.

    Toujours collés contre son corps, ils tètent plus longtemps que les autres petits,

    ce qui bloque l'ovulation de la femelle.

    Cette anti conception naturelle retarde la naissance du bébé suivant

    et permet au petit hypersensible d'accaparer sa mère beaucoup plus longtemps.

    Mais ce n'est pas une bonne affaire, car cet hyper attachement anxieux diminue les apprentissages du petit craintif.

    Il explore peu, joue mal et n'apprend pas les rituels d'interaction.

    Ces petits timides se socialisent difficilement,

    ils restent en périphérie du groupe et ressentent toute invitation au jeu comme une agression.

    Ils se réfugient à toute allure dans le giron de leur mère,

    se blottissent et la mordent, révélant ainsi un attachement ambivalent qui donne à la moindre rencontre, une connotation de conflit.

    Tous les indices de stress sont augmentés :

    accélération du cœur, alerte électrique cérébrale, désorganisation des phases de sommeil...

    La dyade mère-enfant fonctionne mal : la mère est prisonnière d'un tel petit qui s'attache trop

    et l'enfant, fasciné, se socialise mal parce qu'il ne peut la quitter.

     

    SOURCE : Boris Cyrulnik

    Mourir de Dire - biologie de la honte.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :